Non-Wikipedia

Écriteau, un signe handicapé ou un signe fondamental, pour lequel on n’a pas les moyens de faire selon un dessein, mais, par une création ad hoc. Il devient vraiment mis en scène, un agent majeur dans notre discours actuel.

Louis de Jacourt a dit dans Écriteau, Epigraphe, Inscription de l'Encyclopédie, que les écriteaux sont utilisés comme les étiquettes sur les boîtes des épiciers, et l’historien du vingtième siècle, Thomas Crow a détaillé comment, dans le théâtre du dix-huitième siècle, les écriteaux sont bricolés pour un déroulement d’action, à partir de rien, ou de fragments. En effet, les écriteaux nous disent à quel moment applaudir, et à quel moment huer. Or, l’audience donne son assentiment ou non au spectacle collectif dans lequel sont descendues sur scène beaucoup de « dei ex machina ». On tape dans ses mains ou on hue — non pas parce que c’est ici une divinité métaphorique, mais parce que l’étiquette d’épicier le dit.

Cette signification entendue, on voit que, dans l’article de Jacourt, l’écriteau n’a pas véhiculé le droit des juifs seulement avec son précis, « les juifs traiteront en cette occasion l’innocence même comme le crime », mais ce signe a souligné un problème de traduction : la lecture rétroactive d’un moment dans l’histoire. Les traducteurs de l’Écriture, avaient-ils utilisé le mot « écriteau » plutôt qu’« inscription » pour décrire l’étiquette « le roi des juifs », auraient-ils pu mieux fondé leur religion du Christianisme sur l’ironie inhérente dans le théâtre ci-dessus ?

Il n’y a pas de meilleure leçon pour nous aujourd’hui, les internautes qui ont vu diminuer les matérialités des textes avec la numérisation des codex (qui ne sont pas virtuels). On ne dit pas que les textes digitaux n’ont aucune matérialité, mais ils peuvent cacher les différences entre les textes originairement en papier et ceux en codage. En fait, dans le téléchargement des livres en ligne on voyait souvent la main du copiste gelée dans le scanner des livres. Pouvons-nous dire que le traducteur lirait ces textes rétroactivement, s’il vient à incorporer la photo de la main de la personne inconnue, le copiste, dans son interprétation textuelle d’un texte ancien ? En revanche, cette même main n’effectue plus différemment nos lectures que l’écriteau qui nous dit d’applaudir au moment que nous aimerions bien huer.

(B) - 20 juin 2012.