Non-Wikipedia

Non enregistré, la qualité d’une représentation qui n’est pas inscrite et qui n’est pas en ligne. On croit, pleine d'arrogance, qu’il sera bientôt impossible pour rien d’être non enregistré, mais en fait le non enregistré dans ce sens sera toujours possible.

Avant l’invention d’écriture, l’esprit humain était le seul moyen du « stockage des données », alors la parenté liait l’enregistrement aux corps humains qui, quand ils étaient émergés des cellules biologiques, pouvaient raconter leurs histoires. Sa notion contemporaine nait de l’enregistrement extérieur d’écriture, et deux systèmes contraires de la croyance se déplient aussi : la vraisemblance et l’émergence. La vraisemblance ; on a créé du cunéiforme ; on doit créer encore un système télégraphique de l’univers qui harnache les mots de tout le monde, éternellement, et que nos physiciens peuvent harnacher en suite. L’émergence : à cause des esprits humains en action comme outils d’enregistrement, pour que les moyens d’écriture qui sont formulés, dans la même manière de la terre soient des extensions de l’esprit humain, et pour que la nature et la culture ne soient pas séparées et pour que les non-humains puissent émerger.

Tout peut être enregistré sous une notion de la vraisemblance, mais cet enregistrement exige que nous ne fassions pas d’attention aux écrits de Jorge Luis Borges ou son argument qu’une carte ou un plan est une abstraction et ne peut jamais être une copie complète. C’est vrai ; souscrire à la vraisemblance pourrait trouver une réalisation de son but à la conclusion contraire de l’emergentiste ; le seul moyen pour l’informatique d’enregistrer tout est pour devenir combinée avec la nature et pour la nature comme une toute être compris comme un enregistrement. Si vous concédez cependant ce moyen pour enregistrer tout, vous bâtirez moins de centres de traitement de données. Vous les bâtirez, mais les choses non informatiques figurent donc en votre plan d’affaires. En ce moment, vous abandonneriez le récit principal des modernes : qu’il y a une ligne seule de Newcomen et Le Vapeur aux « big data », et des « big data » à la transcendance humaine.

Sous une notion de l’émergence, tout peut être enregistré, mais en contraste à la vraisemblance, il n’y a aucun écran métaphorique pour un sujet humain survenir. S’il y a, les humains qui peuvent faire ça ne seront plus des humains ; ils seront encore des modernes. En émergence, on doit abdiquer ces récits d’empire et va habiter parmi les muguets — l’émergence démontre une force en remarquant qu’on a ses limites, ou cette action indique qu’on n’a pas de besoin de l’empire (ou contrôle). Comparez-vous un empire qui n’est pas nécessaire à un empire qui est mandataire : on s’engage qui, dans cet empire mandataire ne voit pas qu’il y a d’autres récits, d’autres stratagèmes. Est-ce qu'il n'est pas plus radical à laisser quelques êtres devenir non enregistrés ?

Oui. Quand on fait comme ça, on fait de l’argument : je n’ai pas de besoin des traces antérieures ; je ne dois pas garder ces traces pour une postérité dépendant sur un corps post-humain. On exclame ; il ne faut que je sais tout si les traces de la nature cachée et minuscule ont augmenté mes réserves capitales, ou tout si mes clients d’affaires souscrire à mes images de marque au niveau cellulaire, voire au niveau cognitif. Il faut qu’on laisse y aller les traces de la nature, et qu’on ait une confiance dans le fait que ces traces nous seront données pour la postérité comme un « feedback inconscient ». La vie donc devient possible, et le conscient humain peut émerger en alliance épicurienne, ou en alliance de rerum natura. Si la connaissance humaine ne peut pas émerger de cette alliance, les humains ne seront plus humains, et ils sont faits dans une image de la mort, et dans une image de la peur de la mort.

La peur de la mort est, alors, une équivalente de la présomption que chaque chose en ligne est absolument vraie. Dans ce moment, la vérité est la mort, et non pas le fait de la mort, comme le fait des « taxes ». La Vérité est donc une perte. Elle n’est pas cependant une détente universelle des épicuriens au moment de la mort. Bien sûr, les épicuriens avaient l'éclairage que l’abandonnement de la peur de la mort aura été, jadis et aujourd’hui, la plus directe confrontation de l’éthique d’enregistrement — s’il s’agit une table de pierre, ou un réseau informatique. Pour une autre raison, toutes les choses n’enregistreront pas, parce que les humains veinent à choisir l’émergence. Ne recercle pas, cependant, le moment de la vraisemblance duquel nous y écartons ?

(B) - 12 février 2014.