Non-Wikipedia

Technologie littéraire, une technique pour transformer l’argument d’une philosophie pure en un calcul rhétorique, établissant les circonstances naturelles ou les faits scientifiques.

Stephen Shapin l’a décrit surtout comme un appareil conceptuel des études de la science à la suite des débats contemporains du constructivisme social, et où il s’agit l’empiriste Robert Boyle et ses expériences avec la pompe à air dans les années 1660s. Les philosophes d’études de science démontraient la manière par laquelle nous avons accepté le produit culturel de La Science — cette transformation d’argument philosophique — comme La Nature et comme si La Nature n’était pas vue par La Science — et tout en majuscules. Ils démontraient que les actants de la nature, la vie végétale, l’oxygène et d’autres éléments existaient dans le monde précédent à l’invention de la science moderne, mais ces éléments n’étaient pas La Nature, cependant. La Nature n’existait pas, ou elle n’était pas distincte de La Culture ou La Société.

Pour la création de faits scientifiques du point de vue philosophique par une technologie littéraire, Shapin a localisé cette tournure des études de science ci-dessus. Un nouvel argument scientifique était produit premièrement dans la relation entre les instruments scientifiques, la pompe à air comme jouée en « exsuctions » (les actions principales pour établir un vide dans la nature) et les témoins à ces expériences qui pouvaient donner leur assentiment. Boyle encadrait la vérité du vide dans l’action d’être convaincus de ces témoins réelles ou virtuelles, et pour être convaincu, un témoin ou même un témoignage seul n’était pas suffisant. Selon Shapin, les faits, bien entendu, des « matters of fact » ne deviennent possibles qu’où le nombre des témoins peut être agrandi ou multiplié. Alors, le rassemblement de témoins multiples commençait à déplacer le seul lecteur du tract philosophique fait pour les cas scientifiques, de façon historique.

De cette même façon, Shapin a clarifié le fait que la vérité d’une expérience, les faits qui sont ses résultats et la manière dans laquelle ils seront exprimés plus tard dépendent de la crédibilité des témoins une fois agrandie. On doit rassembler les témoins multiples, mais on doit aussi enregistrer comme personnes de réputation, leurs noms, par exemple, dans le registre de la Société Royale des sciences. De plus, Shapin indique que ces personnes, ces témoins doivent être d’un caractère moral ou une science empiriste serait donc sans assurance que les corps physiques des témoins, attachés à leurs facultés du raisonnement, pourraient distinguer les phénomènes qui les attendent. Dans le cours de la science moderne, les registres de classe de ces témoins changeront, mais la validité d’expériences suivra toujours l’image éthique de témoins. Bien sûr, c’est l’aspect social d’une technologie littéraire, bien que son existence dans les éditions textuelles la donnera son pouvoir.

Après on établit le rôle du témoin comme acteur réel, on peut extrapoler l’idée du témoin virtuel, et pour effectuer cette variation, on marche du site de l’expérience à une écriture qui recrée le témoin par un argument philosophique et par une vraisemblance. Son premier niveau reste dans un reportage sur une expérience que le lecteur peut reproduire, le reprendre comme une liste de toutes les étapes pour suivre jusqu’à un résultat heureux. Son deuxième niveau reste dans la reproduction d’un tableau de la séance empiriste qui dépend de la capture de chaque objet significatif, peut-être mis en scène pour le lecteur, pour entrer comme s’il est Robert Boyle lui-même, et comme si les rongeurs asphyxiés dans la pompe à air pour une démonstration scientifique étaient en fait réel. Son troisième niveau est encore le plus important, les constructions de prose en style circonstanciel, caractérisées surtout par les lettres écrites par Boyle à son neveu, en pseudonyme de Pyrophilus, tout pour englober les nouvelles pratiques d’empiristes de modestie suffisante.

L’écriture circonstancielle se sert des erreurs trouvées dans l’expérience, les incorporant dans son reportage pour que les non humains prennent une importance, ou plutôt, d’instruments une fois donnée une position dans laquelle elles pourraient produire le savoir. Elles « parlent » donc, à cause du lecteur jeté dans la prose Boyleanne et abdiquant toutes idées d’un sujet/auteur ayant un dominion sur ces non humains. De plus, les savoirs circonstanciels dépendent comme résultat de l’apparition qu’elles se passent presque par le hasard, que le lecteur sait que l’expérience aura produit un bon effet expérimental, mais les techniques littéraires de l’écriture circonstancielle peindront l’expérience comme un événement d’un homme de science ou une science presque trébuchante sur l’appareil de ses propres phrases. L’écriture circonstancielle Boyle introduit dans un passage au commencement de son livre, The Usefulness of Experimental Philosophy :

I doe not onely present you a not despicable number of Considerations proper to manifest That, and to intimate How Experimental Philosophy may be of great Use to the promoting of Mechanical Arts and Trades, but illustrate and confirm all, or most of those Considerations by particular Instances deriv'd from Observations and Experiments.

Il dit ; « Je ne vous présente qu’un nombre non ignoble » dont on doit traduire : « je vous présente réellement un nombre de considérations très pertinentes. » Et encore, dans la première version, Boyle est modeste, mis en cadre de son acceptation que peut-être il soit ignoble même s’il se garde bien qu’il ait pour but sa technologie ; les considérations promeuvent les arts et les métiers mécaniques, cependant les considérations elles-mêmes ne se sont dessinées que des détails circonstanciels, ou « particular instances ». Ces détails, elles vont au-delà d’illustration simple et elles créent un appareil mécanique d’un récit, d’une narration hyperréelle ou hyperdétaillée. De là, on note bien le passage suivant de Usefulness pour appliquer la technologie littéraire (rendue presque en langage à vapeur) :

I smilingly undertook to make her write without Ink, which I myself was formerly wont to doe, by first preparing my Paper with a Powder made of Copperas, slightly calcin’d upon a Fire-shovel till it grow friable, and Galls, And Gum-Arabick finely pulveriz’d, and exquisitely incorporated with the Vitriol in a certain proportion; which though a few Trials will better teach than Rules, (because according to the Goodness and Calcination of the Vitriol, the proportion of the other Ingredients must sometimes be varied,) yet to assist you in your first Guesses, I shall tell You, that (for the most part) I used my self 3 parts of calcin’d Vitriol, 2 parts of Galls, and 1 part of Gum-Arabick, and mixt them not before I was ready to imploy them, for this Powder being with a Hares foot, or any other convenient thing, carefully rubb’d into the Paper, and the looser Dust struck off, doth, without discolouring it, so fill its Pores with an Inky mixture, that as soon as it is written upon with a clean Pen, dipt in water, Beer or such other Liquors, the Aqueous part of the Liquor dissolving the vitriolate Salt, and the adhering particles of the Galls, makes a legible Blacknesse immediately discover it self on the Paper.(Usefulness, 31-32).

Les détails circonstanciels se matérialisent au texte ci-dessus, enveloppés par des subdivisions récursives de la prose de Boyle. Il faut savoir bien sûr que la proportion (des ingrédients) soit mise en variation, ou « for the most part », Boyle vous dira qu’il se sert trois parties du calcin'd Vitriol, deux parties de la bile, etc. Tout marche vers une nouvelle science dans l’enlèvement du physicien de l’expérience, et en fait, de l’écriture sur l’expérience. Dans le livre, The Skeptical Chymist, les objets qui paraient au-delà de textes sont mêlés avec eux, et les deux sont tissés dans une prose de la technologie littéraire qui veut établir une explication de la matière et les mots à la fois :

But (to take notice of that by the by) both the one and the other, must, I fear, call in to their assistance something that is not Elementary, to excite or regulate the motion of the parts of the matter, and dispose them after the manner requisite to the Constitution of particular Concretes. For that otherwise they are like to give us but a very imperfect account of the Origine of very many mixt Bodies, It would, I think, be no hard matter to perswade you, if it would not spend time, and were no Digression, to examine, what they are wont to alledge of the Origine of the Textures and Qualities of mixt Bodies, from a certain substantial Form, whose Origination they leave more obscure than what it is assum’d to explicate (The Sceptical Chymist, Project Gutenberg) 

Les concrets individuels sont ici le but le plus grand ; elles avancent en contraste de la substance élémentaire et de la tutelle d’Aristote, une tradition dont Boyle espérait contester. En contraste d’Aristote, une science empiriste peut mettre en perfection toutes explications des phénomènes de l’expérience, étant donné qu’on cherche les détails. Puisque quelques-uns qui poursuivent la substance plutôt l’obscurcissent, selon Boyle. Vis-à-vis de l’expérience, en revanche, on peut capturer, dans son absence, une substance d’une sorte différente, empiriste.

Avec l’injonction pour critiquer, donc, la substance philosophique, Boyle parait avec la grande modestie d’un homme de la science et la technique, puisqu’il se retire complètement de l’image scientifique ici, à cause de plis et plis de circonstance . La science moderne est arrivée, et son arc moral apparaitra, sorti de son investissement, maintenant comme institution quasi objective. La science, dans sa positivité et dans son importance, transformera les savoirs non scientifiques en vision du monde hypermoderne. De là, la littérature du positivisme rendrait le mal social de l’âge victorien — pour Charles Dickens — dans le même langage de Boyle :

I had no time for verification, no time for selection, no time for anything, for I had no time to spare. I stole some bread, some rind of cheese, about half a jar of mincemeat (which I tied up in my pocket-handkerchief with my last night's slice), some brandy from a stone bottle (which I decanted into a glass bottle I had secretly used for making that intoxicating fluid, Spanish-liquorice-water, up in my room: diluting the stone bottle from a jug in the kitchen cupboard), a meat bone with very little on it, and a beautiful round compact pork pie. I was nearly going away without the pie, but I was tempted to mount upon a shelf, to look what it was that was put away so carefully in a covered earthen ware dish in a corner, and I found it was the pie, and I took it in the hope that it was not intended for early use, and would not be missed for some time (Great Expectations, Project Gutenberg).

C’est comme si la prose de Dickens de Great Expectations ci-dessus devient un analogue textuel de la pompe à air (en emboîtement du sac des nourritures prises par le personnage Pip) et elle démontre la mesure où le langage se mécanise après Boyle. C’est un fait qui dépend donc de la démonstration toute convaincante de la pompe à air et l’écriture de détails circonstanciels les deux. Les faits scientifiques sont capturés dans ce sac, mais, métaphoriquement, les nourritures n’y peuvent être placées que par une petite ouverture à la bouche du sac : la réification de la circonstance en faits est complexe, comme s’il faut ordonner les phrases dans un pattern exact, le seul pattern qui peut communique ces nouveaux faits. De l’ordonnée des faits scientifiques à l’appareil avec lequel on les ordonne, le pouvoir du langage de Boyle vient de son sens que l’écriture empiriste est un crible auquel La Nature est passée. Toute science moderne filtre La Nature à la circonstance des actants qui tombent devant nous, étant — maintenant — les empiristes dans trois quarts de toutes nos activités.

Boyle a pris les arguments philosophiques purs et les change dans une écriture technique, mais aussi, une écriture qui touche la science empiriste après Newton, et du moment quand la performance d’une science devient très importante. Le tissage des circonstances est très modeste comme un homme de la science précédent à la science de probabilité, ou éclairé dans le sens le plus moderne de plus en plus de relations d’incertitude qui caractérisent La Science jusqu’à Heisenberg. L’espoir qu’une vérité ne se trouverait pas nécessairement dans l’expérience pendant qu’elle se passe, mais du point de vue de physicien où il écrit sur ce qui est déjà passé, et où les objets du monde ET les mots et les textes peuvent être tissés ensemble, fournit le mécanisme exact de la création de « faits » de la science moderne.

(B) - 15 août 2014.